Blog Post

By: Frantz Roncier 0 0

Plan global de réaménagement des Portes de Paris

Vœu présenté par Jérôme DUBUS et les élus du groupe

Parisiens Progressistes, Constructifs et Indépendants

Rattaché à la présentation du Budget Primitif de la Ville de Paris pour 2019

Relatif à Plan global de réaménagement des Portes de Paris

 

Considérant la réflexion engagée tant par le forum métropolitain que par la Ville de Paris concernant les nouveaux usages du Boulevard Périphérique ;

Considérant que le devenir du Boulevard est indissociable de celui des Portes de Paris, servant de points d’entrée dans la capitale aux automobilistes ;

Considérant ainsi que Paris compte 38 Portes servant d’accès au Boulevard Périphérique ;

Considérant que leur positionnement et leur fonction de point d’entrée leur donne la vocation de places d’importance métropolitaine ;

Considérant que les portes de Paris sont aussi des lieux de vie et qu’il s’agit en conséquence de concilier les besoins des habitants avec les conditions difficiles inhérentes au trafic automobile important de ces lieux ;

Considérant que la rénovation des portes de Paris doit notamment s’inscrire dans le cadre des Grands Projets de Renouvellement Urbain (GPRU) ou de la progression du tramway, les travaux nécessaires à l’avancement de ce dernier fournissant l’occasion d’entreprendre un réaménagement ;

Considérant qu’au regard des précédents (notamment ceux de la Porte de Vanves réaménagée entre 2008 et 2012), le coût du réaménagement d’une porte de Paris peut être estimé entre 5 et 10 M€ ;

Considérant que lors de la campagne municipale de 2014, la Maire de Paris s’engageait à lancer un grand plan de rénovation des portes de Paris et prioritairement celles de Pantin, de la Villette et de Vincennes ;

Considérant qu’un certain nombre de portes sont ainsi en chantier :

  • La Porte de Clichy ;
  • La Porte Pouchet ;
  • La Porte Montmartre ;
  • La Porte d’Aubervilliers ;
  • La Porte d’Ivry ;
  • La Porte « Paris Rive Gauche – Bruneseau» ;
  • La Porte d’Italie ;
  • Et la Porte de Versailles ;

Considérant que les projets concernant les Portes des Ternes et de Vincennes sont engagés ;

Considérant que les projets concernant les Portes de Saint-Ouen, de Pantin, de Vanves, de Brancion et de la Plaine font l’objet d’appels à projet « Inventons la Métropole » ;

Considérant que des études ont été lancées concernant le réaménagement des Portes Maillot, de Clignancourt, de la Villette, de Montreuil et de Charenton ;

Considérant que les réaménagements des Portes de la Chapelle, de Bagnolet et de Saint-Cloud sont prévus mais que les études préliminaires n’ont pas encore été engagées ;

Considérant qu’au Budget Primitif de la Ville de Paris pour 2019, un certain nombre d’opérations s’inscrivent dans une logique général de rénovation des Portes de Paris ;

Considérant notamment que 7,5 millions € sont attribués au réaménagement de la Porte de Montreuil, auquel s’ajoutent 26 millions € au titre des Portes du 20ème;

Considérant la diversité des procédures d’aménagement (ZAC, Appel à projet, Pilotage par les directions (DU/DVD), GPRU), impliquant une diversité d’acteurs ;

Considérant par ailleurs que l’organisation des Jeux Olympiques de 2024 impose une revalorisation esthétique rapide des Portes de Paris, ainsi qu’une fluidification des flux automobiles transitant par celles-ci ;

Considérant que la transformation de ces Portes en places implique d’y réévaluer la place du piéton et du cycliste ;

Considérant que leur intégration requière alors de développer au sein des différentes portes l’offre en transports en commun et en pistes cyclables, mais aussi l’offre de stationnement ;

Considérant qu’il s’agit d’assurer la cohérence urbanistique des Portes de Paris et de renforcer les continuités urbaines de part et d’autre du Boulevard Périphérique ;

Considérant aussi que le réaménagement des Portes de Paris participe à l’effort d’atténuation des disparités entre arrondissements centraux et arrondissements périphériques ;

Considérant que la végétalisation des espaces publics contribue à la réduction des îlots de chaleur urbains et favorise l’infiltration des eaux de pluie dans le sol et qu’elle doit constituer une priorité des Portes de Paris, ouvertes sur le Boulevard Périphérique ;

Considérant que certaines de ces portes, notamment situées dans le Nord-Est parisien, figurent parmi les espaces les plus paupérisés de la capitale (Porte de la Chapelle) ;

Considérant alors qu’une réponse doit être apportée afin de diminuer cette détresse sociale, tant en matière de développement économique que de sécurité ;

Considérant en somme que les Portes de Paris font face à un certain nombre de problématiques caractéristiques des arrondissements périphériques, dont elles constituent une représentation exacerbée ;

Considérant en ce sens que leur transformation en places doit nécessairement s’inscrire dans un projet global et coordonné, non seulement au sein de leurs arrondissements mais également entre les différentes Portes ;

Considérant en effet qu’il convient d’éviter les reports géographiques desdites problématiques ;

Sur la proposition de Jérôme DUBUS et des élus du groupe Parisiens Progressistes, Constructifs et Indépendants, le Conseil de Paris émet le vœu que :

 

  • Soit engagé un Plan global coordonné de réaménagement des Portes de Paris en places, dont les objectifs seront les suivants :

 

  • Désencombrer les Portes et fluidifier le trafic automobile ;
  • Renforcer leur intégration au sein du tissu urbain parisien et métropolitain ;
  • Assurer les continuités urbaines entre les différentes Portes ;
  • Faciliter les cheminements des cyclistes et des piétons ;
  • Favoriser l’accès aux transports en commun et l’intermodalité ;
  • Renforcer l’attractivité commerciale ;
  • Assurer la sécurité des riverains et usagers ;
  • Et bien évidemment végétaliser les Portes ;

 

  • Soient invités à la définition du projet les différents acteurs institutionnels impactés et susceptibles de participer à cet effort de réaménagement (État, Région Ile-de-France, IDF Mobilités, Métropole du Grand Paris, Communes et Départements adjacents) ;

 

  • Soit organisées, sur le modèle de Réinventons nos Places, une concertation préalable des riverains et la désignation de collectifs pluridisciplinaires (architectes, paysagistes, programmistes, urbanistes, …) afin de définir les contours du projet et les opérations à engager en conséquence;

 

  • Et soit défini comme horizon pour ce plan de réaménagement l’exercice 2030.

 

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *