Blog Post

By: Frantz Roncier 0 0

Réévaluation des moyens financiers du GPIS

Vœu présenté par Jérôme DUBUS et les élus du groupe Parisiens Progressistes, Constructifs et Indépendants

Rattaché à la délibération 2019 DPSP 3 :

Subvention et convention pluriannuelle avec le GIE GPIS

 

Relatif à une réévaluation des moyens financiers

du Groupement Parisien Inter-bailleurs de Surveillance (GPIS).

Considérant la création du Groupement Parisien Inter-bailleurs de Surveillance (GPIS) par une délibération du Conseil de Paris d’Avril 2004 ;

Considérant que ses missions consistent à prévenir la délinquance, assurer une présence humaine en soirée et la nuit, renforcer le sentiment de sécurité des locataires, et affirmer l’autorité des bailleurs sur leur site ;

Considérant qu’il regroupe aujourd’hui les 12 principaux bailleurs sociaux parisiens dans un cadre partenarial actif et transversal ;

Considérant qu’au moment de sa création en 2004, le GPIS avait la charge de sécuriser 51 900 logements et que ce nombre se porte désormais à plus de 80 000 ;

Considérant par ailleurs le sentiment d’insécurité grandissant dans de nombreux ensembles de logements sociaux, causé notamment par l’occupation statique de personnes extérieures et l’augmentation des dégradations dans les parties communes ;

Considérant que cette extension de son périmètre et le besoin de sécurité croissant auraient dû se traduire par une augmentation parallèle des moyens financiers et humains mis à la disposition du groupement par la Ville de Paris ;

Considérant pourtant que les subventions qui lui sont attribuées ont connu au contraire une baisse drastique :

  • la Municipalité finançait le GPIS à hauteur de 11 millions € en 2011 ;
  • à hauteur de 4,8 millions € en 2016 ;
  • à hauteur de 800 000 € en 2017 ;
  • et à hauteur de 400 000 € en 2018 ;

Considérant ainsi que sur l’année 2018, la Ville de Paris contribuait seulement à hauteur de 2,6 % du budget du groupement ;

Considérant que son financement revient, en conséquence de ce désengagement, dans immense majorité aux bailleurs sociaux, déjà largement malmenés par la politique de l’exécutif (loyers capitalisés, refus du mécanisme de vente de logements sociaux, …) ;

Considérant pourtant que, de l’aveu de la Maire de Paris elle-même, « la présence humaine est un élément essentiel d’une politique de qualité de service et une garantie de vivre-ensemble » et qu’il s’agit là précisément de la mission du GPIS ;

Considérant que l’Adjointe à la Maire déléguée aux questions de sécurité expliquant ces baisses successives et le retrait progressif de la Ville par la maturité atteinte par le dispositif ;

Vu cependant la délibération 2019 DPSP 3, qui, après 3 exercices de baisse, réévalue à la hausse la subvention au GPIS à hauteur de 850 000 € ;

Considérant que cette augmentation est la conséquence d’une réorganisation des équipes et d’une extension du périmètre couvert par le groupement engagées en septembre 2018 ;

Considérant que, si cette réévaluation va dans le bon sens, elle montre les graves limites de la politique de désengagement de la Ville de Paris ;

Considérant qu’il convient donc de poursuivre cette réévaluation afin d’optimiser les capacités opérationnelles du GIPS en toute situation et de garantir une sécurité réelle aux locataires du parc social ;

Sur la proposition de Jérôme DUBUS et des élus du groupe Parisiens Progressistes, Constructifs et Indépendants, le Conseil de Paris émet le vœu que les subventions accordées au GPIS soient progressivement réévaluées à la hausse, afin de retrouver à terme leur niveau initial (11 millions €) et d’ainsi assurer la pleine capacité opérationnelle du dispositif en toute situation.

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *