Blog Post

By: Frantz Roncier 0 0

Interdiction des cars de tourisme diesel et développement du transport fluvial

Vœu présenté par Pascale BLADIER-CHASSAIGNE et les élus du groupe Parisiens Progressistes, Constructifs et Indépendants

 Relatif à une interdiction des cars de tourisme diesel et au développement du transport par voie fluviale dans la Capitale

Considérant le nouveau Plan Climat Air Énergie Territorial adopté à l’unanimité du Conseil de Paris le 22 mars 2018 et par lequel la Ville de Paris se fixe comme objectif « une sortie de la mobilité diesel en 2024 et essence à horizon 2030 » ;

Considérant toutefois le flux incessant de cars de tourisme constaté dans Paris, (entre 1 000 et 2 000 autocars circulent chaque jour à Paris, dont près de la moitié sont immatriculés à l’étranger) ;

Considérant que ces véhicules sont en très grande majorité équipés de moteurs diesel, constituant donc d’importants émetteurs de polluants atmosphériques ;

Considérant que cette pollution aux particules fines est encore renforcée par les pratiques à la fois inciviques et anti-écologiques des chauffeurs de cars, qui, entre la dépose et la reprise de passagers, roulent régulièrement à vide dans les rues de la Capitale ou stationnent, moteur allumé, sur la chaussée, (l’hiver pour garder le chauffage, l’été pour conserver la climatisation) ;

Considérant par ailleurs que les cars de tourisme, en plus de polluer l’air parisien, encombrent la circulation, ralentissent le trafic, détériorent la chaussée et contribuent à créer un sentiment d’anarchie routière dans la capitale (en mai 2018, un car de tourisme a écrasé mortellement un automobiliste quai Voltaire dans le 7ème arrondissement) ;

Considérant que malgré quelques initiatives intéressantes (interdiction d’entrer dans la Capitale pour les autocars immatriculés avant le 1er octobre 2006, mise en place de zones tarifaires permettant de limiter le stationnement dans le centre de Paris, arrêté règlementant la circulation des autocars dans les zones touristiques, augmentation du coût du stationnement pour les cars autorisés les plus polluants…), la Mairie de Paris n’a pas suffisamment pris à bras le corps le problème des cars de tourisme ;

Considérant cependant la nécessité de développer une offre alternative et écoresponsable d’acheminement des touristes dans la Capitale, afin que Paris reste une ville accueillante et ouverte aux visiteurs venus de tous les horizons ;

Considérant que la plupart des sites visités à Paris se situent en bordure ou à proximité immédiate de la Seine (Tour Eiffel, Grand Palais, Louvre…) ;

Considérant, dès lors, l’opportunité de développer le transport fluvial, la Seine étant aujourd’hui sous-exploitée (le service Batobus est méconnu des Parisiens et des touristes et ne dessert que 9 stations au cœur de Paris) ;

Sur proposition de Pascale BLADIER-CHASSAIGNE et des élus du groupe Parisiens Progressistes, Constructifs et Indépendants, le Conseil de Paris émet le vœu que la Ville de Paris :

  • Mette en place un plan de sortie des cars de tourisme à motorisation diesel ne respectant pas les normes Euro 5 (immatriculés après le 1er octobre 2009) et Euro 6 (immatriculée après le 1er janvier 2014) d’ici la fin de l’année et une interdiction totale des cars de tourisme diesel à horizon 2021 ;
  • Poursuive, en relation étroite avec la région Ile-de-France, la Métropole du Grand Paris et les collectivités concernées, la création de parcs-relais, notamment en amont et en aval de la Seine, dans toute la région francilienne ;
  • Améliore le service de navettes Batobus, afin de rendre sa flotte 100% électrique et de l’étendre jusqu’à la grande couronne ;

Développe, en s’appuyant sur Batobus, un ambitieux service de navettes fluviales électriques desservant des parcs-relais situés en dehors de Paris afin d’acheminer des personnes (touristes ou travailleurs) de la banlieue jusqu’au cœur de Paris.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *