Blog Post

By: Frantz Roncier 0 0

Promotion des professions d’art et du patrimoine

Vœu présenté par Jérôme DUBUS et les élus du groupe Parisiens Progressistes, Constructifs et Indépendants

Rattaché à la présentation du Budget Primitif de la Ville de Paris pour l’exercice 2020

Relatif à la promotion des professions d’art et du patrimoine

 

Considérant le drame historique et culturel que constitue l’incendie de Notre-Dame-de-Paris le 15 avril 2019 ;

 

Considérant que l’émoi international qu’a suscité cet événement s’est traduit par un soutien moral et financier à la reconstruction de la Cathédrale venant tant d’acteurs institutionnels que de donateurs privés ;

 

Considérant ainsi que la Ville de Paris a annoncé contribuer à hauteur de 50 millions à ces efforts et solliciter le savoir-faire de ses ingénieurs, architectes et techniciens aux côtés des services de l’État ;

 

Considérant aussi l’engagement fort et nécessaire du Président de la République et de l’Exécutif à reconstruire ce monument emblématique sous 5 ans ;

 

Considérant qu’afin de tenir cet engagement, de nombreux corps de métiers vont être mobilisés pour reconstruire les parties détruites par l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris ;

 

Considérant cependant que ces professions d’art et du patrimoine manquent aujourd’hui cruellement de main d’œuvre et de candidats voués à perpétuer leur savoir-faire ;

 

Considérant en effet que, selon Murielle PENICAUD, Ministre du Travail et en charge de l’apprentissage, le secteur des chantiers patrimoniaux manque notamment de couvreurs et de charpentiers, constat partagé par la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (CAPEB) ;

 

Considérant par ailleurs que le chantier de reconstruction nécessitera à minima et dès la rentrée 2019 le recrutement de 100 maçons, 100 tailleurs de pierre, 150 charpentiers et 200 couvreurs (Source : Compagnons du devoir) ;

 

Considérant enfin qu’une fois l’expertise complète des dégâts occasionnés par l’incendie terminée, d’autres métiers pourraient aussi nécessiter une mobilisation (restaurateur d’œuvres d’art ou facteur d’orgues) ;

 

Considérant que le Gouvernement a, en conséquence, lancé la campagne « les Chantiers de France », dont l’objectif est de donner envie à davantage de jeunes de s’orienter vers des métiers aux savoir-faire ancestraux et toujours porteurs ;

 

Considérant, en effet, que d’autres chantiers de rénovation du patrimoine ont besoin de main-d’œuvre formée partout en France ;

 

Considérant que son rôle de capitale et de premier pôle patrimonial français rendrait judicieuse une participation de la Ville de Paris à cette promotion des susdites professions, en complément de son soutien financier à la reconstruction de Notre-Dame ;

Considérant, en effet, que le taux de chômage parisien s’établissait à 7,1% au dernier trimestre 2018, ce chiffre montant à 19% chez les Parisiens âgés de 16 à 25 ans, voire à plus de 40% chez les membres de cette même catégorie ne disposant d’aucune qualification ;

 

Considérant que l’apprentissage demeure l’une des clés de l’emploi des jeunes et une voie d’accès efficace au marché du travail, puisque que 62% des apprentis trouvent un travail après leur formation ;

 

Considérant donc que l’engagement de la Ville en faveur des filières de l’apprentissage et, notamment dans celles des professions d’art et du patrimoine, permettrait d’agir également sur le phénomène du chômage des jeunes Parisiens tout en assurant la pérennité de nos savoir-faire et de notre héritage culturel et historique ;

 

Considérant qu’au Budget primitif pour l’exercice 2020, il est alloué 21 388 006 € à l’apprentissage en fonctionnement et 0 € en investissement ;

 

Sur la proposition de Jérôme DUBUS et des élus du groupe Parisiens Progressistes, Constructifs et Indépendants, le Conseil de Paris émet le vœu que la Ville de Paris participe à son tour à la promotion des professions d’art et du patrimoine :

 

  • En lançant, en partenariat avec les organisations professionnelles représentant les métiers artisanaux et du patrimoine, les écoles et centres de formation concernés et des professionnels individuels de ce secteur, une large campagne de communication menée auprès des collégiens et des non-actifs, s’inscrivant dans la lignée de la campagne « les Chantiers de France », initiée par le Gouvernement, afin de faire découvrir aux publics concernés les filières des chantiers patrimoniaux ;
  • En mettant en relation candidats à ces formations, pôles éducatifs du secondaire et du supérieur et professionnels parisiens d’art et du patrimoine du territoire parisien, via la mise en place d’une plateforme numérique dédiée et d’un forum de rencontre annuel ;
  • Et enfin en organisant des événements culturels autour du thème de l’artisanat patrimonial, afin de faire découvrir au grand public ce pan trop méconnu de la culture française et parisienne.

Les dépenses engagées seront financées :

  • Par une réduction des frais de communication de la Ville et de la masse salariale en fonctionnement (environ 2 millions €) ; 
  • Et, en investissement, par une réduction dans d’autres secteurs d’investissement, notamment en matière d’aménagement des territoires et d’habitat (environ 300 000 €).

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *